22 avril 2005

CRIMINALISATION DU MOUVEMENT LYCEEN : REACTION DE LA FEDERATION DES TRAVAILLEURS DE L'EDUCATION-CNT

Lyon, le 21 janvier 05s_cfte1
La CNT-FTE (Fédération des Travailleurs-euses de l’Education) s'étonne des
différents articles outranciers qui ont paru ces derniers jours dans la
presse.
Ces articles participent à la criminalisation du mouvement des lycéen-nes
. En cherchant à marginaliser la coordination lycéenne, dont le
fonctionnement démocratique permet à tous de poursuivre la lutte contre la
loi Fillon, le pouvoir et la presse s'en sont bien évidemment pris à la
CNT-FAL (Formation Action Lycéenne, c’est la section lycéenne de la CNT
Education) , dont les militant-e-s participent, au même titre que les
autres, à ce mouvement. L'accusation d'infiltration du mouvement par la
CNT est totalement infondée. Nous tenons à rappeler avec force que la CNT
ne peut être accusée de développer des pratiques d'infiltration, propres
aux partis ou aux syndicats bureaucratiques. Nous n'infiltrons jamais
aucun mouvement, nous y prenons part, légitimement, comme tout acteur d'un
mouvement social.
Nous tenons à réaffirmer notre soutien aux lycéen-ne-s en lutte : leur
mouvement est tout à fait légitime. Nous rappelons que la loi Fillon a été
imposée contre l'avis de l'ensemble des acteurs de l'école : parents,
lycéens, syndicats. Le gouvernement qui poursuit sa politique de
régression sociale, continue d'user de la violence policière pour faire
plier les lycéen-nes. Il est maintenant relayé par les médias (Figaro,
Europe1, Nouvel Observateur ....) qui non contents de se faire l'écho du
gouvernement, cherchent à désigner des responsables.
Mercredi 20 avril, suite à l'occupation de l'annexe du Rectorat, rue
Pasteur à Paris, ce sont deux cents lycéen-nes qui ont été interpellés
vers 18h. Deux cents mineurs répartis dans les commissariats parisiens. Là
est le vrai scandale. Ces pratiques sont inacceptables. Nous les
dénoncerons toujours.
Nous rappelons que la CNT n'est pas "un syndicat anarchiste" comme
persiste à le présenter les médias, mais un syndicat regroupant les
travailleurs sur des pratiques anarcho-syndicalistes et syndicaliste
révolutionnaires. Notre syndicalisme qui privilégie les pratiques
autogestionnaires dans les mouvements de lutte : assemblées générales
souveraines, syndicat outil au service des luttes, rotation des mandats
est bien entendu très éloigné de la manipulation politique ou syndicale.
Nous continuerons à défendre un syndicalisme de base, un syndicalisme de
classe, un syndicalisme de lutte.
Le secrétariat fédéral.

Posté par renneslibertaire à 10:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur CRIMINALISATION DU MOUVEMENT LYCEEN : REACTION DE LA FEDERATION DES TRAVAILLEURS DE L'EDUCATION-CNT

Nouveau commentaire